Chauffage

Parmi tous les défis environnementaux soulevés lors du Grenelle de l’environnement, l’un des plus importants consiste àréduire la consommation énergétique des bâtiments. Sur 100kWh consommés aujourd’hui en France, 42,5 le sont en effet par le bâtiment. Et, sur ces 42,5kWh, 70% sont consacrés au chauffage. Cette débauche d’énergie s’accompagnant de près de sixmilliards de tonnes d’émissions de CO², on comprend sans peine l’enjeu stratégique du chauffage.
L’isolation des habitations et l’installation d’appareils de chauffagen’utilisant plus d’énergies fossiles permettrait d’épargner les ressources naturelles, de réduire les dépenses énergétiques et donc financières et, surtout, de limiter considérablement l’émission de gaz à effet de serre.
Si tout le monde s’accorde sur la nécessité d’isoler convenablement son habitation pour diminuer sa consommation énergétique, seule une minorité est pour l’instant convaincue de l’importance d’utiliser des installations domestiques de chauffage fonctionnant à partir d’énergies renouvelables.

Les énergies renouvelables : qu’est-ce que c’est ?
On appelle énergies renouvelables ou énergies " flux" les sources d’énergie dont les réserves sont inépuisables à l’échelle humaine ou se renouvellent naturellement très vite. Ce terme recouvre l’énergie bois (dès lors qu’on abat moins d’arbres qu’il n’en pousse), les énergies solaires, hydroélectriques, éoliennes, géothermiques et aérothermiques qui, toutes ou presque, engendrent peu de déchets ou d’émissions polluantes. Choisir une énergie renouvelable pour se chauffer, c’est donc choisir un mode de chauffage respectueux de l’environnement présent et futur.

 

De nombreuses solutions s’offrent à vous pour choisir votre installation de chauffage fonctionnant aux énergies renouvelables qui, de plus, peuvent vous offrir des avantages financiers (> voir chapitre Couts et subventions). En voici les principales avec le prix du kWh selon l’énergie concernée :
- bois (bûches)
Outre les traditionnelles cheminées, il existe de nombreux dispositifs utilisant le bois sous forme de bûches comme combustible. Des chaudières à bûches mises au service d’installation de chauffage central traditionnel aux inserts, foyers fermés et autres poêles.
3,2 euros*

- bois pellets (granulés)
Le pellet ou granulé est un granulat de sciure compressée. Soumis à une législation très stricte en matière d’humidité, le granulé a un rendement très important. Brûlé en chaudières à alimentation automatique (granulés en vrac) ou en poêle rechargeable (granulés en sac), il s’intègre parfaitement dans un dispositif de chauffage central traditionnel.
4,2 euros (vrac) – 5,8 euros (sac)*

- bois copeaux (plaquettes)
Chaudières à alimentation automatique s’intégrant dans des dispositifs de chauffage central traditionnels.
2 euros*

- géothermie (pompe à chaleur et dispositif de captation de l’énergie du sous-sol)
Ce dispositif peut être vertical (utilisation d’un puits de forage de 100 mètres de profondeur ou de la nappe phréatique) ou horizontal (réseau de capteurs enterrés à quelques dizaines de centimètres de profondeur sur une surface égale à deux fois celle de l’habitation à chauffer). Globalement les 2/3 de l’énergie utilisée proviennent du sous-sol et 1/3 de la pompe à chaleur alimentée électriquement. L’énergie est distribuée dans la maison par l'intermédiaire d'un plancher chauffant ou de radiateurs basse température.
>>> environ 3,6 euros*

- Aérothermie
Le principe de l'aérothermie consiste à capter les calories dans l’air extérieur grâce à une pompe. La chaleur est diffusée par un circuit hydraulique alimentant un plancher chauffant/rafraîchissant, des radiateurs ou des ventilo-convecteurs. Dits thermodynamiques, ces systèmes de pompes à chaleur (PAC) fonctionnent sur l’utilisation d’un fluide frigorigène qui permet de transférer les calories de l’extérieur vers l’intérieur. Les pompes sur air utilisent un ventilateur pour capter l’air. En cas de grand froid, le système doit être relayé par un autre dispositif de chauffage, souvent électrique.
de 3,6 à 11 euros*

- Solaire thermique
Comme toute installation de chauffage central, une installation de chauffage solaire combine un appareil de production de chaleur (les capteurs solaires thermiques), un réseau de tuyauterie, un dispositif de stockage, des émetteurs (radiateurs, dalle chauffante…), une régulation. Il est fortement conseillé de coupler l’installation solaire à un système d’appoint pouvant la seconder (dans des périodes de très faible ensoleillement par exemple) tels que poêle à bois, cheminée, insert, convecteurs électriques...
Il existe aujourd’hui deux types de système solaire : l’hydro-accumulation (où l’énergie récupérée par les capteurs est stockée dans un volume d’eau avant d’être diffusée à travers un plancher chauffant ou des radiateurs basse température) et le plancher solaire direct (où un liquide caloporteur, chauffé dans les capteurs, circule directement dans le plancher chauffant qui sert à la fois de plateforme de stockage et de diffusion).
0 euros*

- Solaire photovoltaïque
Installés ou non en toiture, les capteurs solaires photovoltaïques permettent la production d’électricité « 100% énergie renouvelable ». L’électricité peut éventuellement servir à alimenter des appareils à très faible consommation de la maison mais est surtout destinée à être revendue aux distributeurs d’énergie (EDF par ex).
0 euros*
*Tarif TTC en euros pour 100kWh PCI (hors coût du matériel) Sources : Itebe et Ministère des finances, août 2007.

Pour comparer, voici le prix du kWh avec d’autres énergies en France :

Electricité (tarif réglementé) : environ 11 euros** (sur la base d’une puissance supérieure à 6 KW en tarif plein EDF). Ces tarifs sont calculés pour des consommations annuelles moyennes. En réalité, le prix de 100KWh peut varier de 4,56 à 48,33 euros** en fonction de l'abonnement contracté auprès de l'opérateur et de la période de la journée considérée,

Gaz de ville (tarif réglementé) : de 5,20 à 5,40 euros** environ selon situation géographique,

Fioul : 7,62 euros** au 15/11/07,

Propane : 10, 61 euros** au 15/08/07,

**Tarif TTC en euros pour 100kWh PCI, hors coût du matériel, hors frais d'abonnement.